Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation de l'association

Un beau jour d’octobre 2002, un citoyen de Bagnolet excédé de ne pouvoir recevoir de nombreuses stations de la bande FM, dont les radios de service public, à Bagnolet, mais aussi aux Lilas (93), dans le XXè à Paris, à Montreuil, Romainville, etc., se mobilise pour écouter sa radio librement…

La première adjointe au maire de Bagnolet a déjà écrit au Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, Dominique Baudis, à ce sujet. Celui-ci lui a répondu qu'il souhaitait que les auditeurs lésés se manifestent.

Une pétition (cliquer sur pétition en haut à gauche)
pour faire appliquer le droit à l’égalité d’accès au service public (Radio France) est très vite envoyée à Dominique Baudis (avec plus de 200 signatures de riverains). Elle ne retient pas son attention.

Depuis, il est toujours impossible de capter dans de bonnes conditions France Inter, France Culture, France Musiques, Le Mouv', France Info et d’autres (Skyrock), mais Les Sans Radio de l’Est parisien se sont constitués en association.

Ils ont mobilisé les élus (députés, conseillers généraux et régionaux) et les municipalités de Bagnolet, des Lilas, de Paris XXè qui les soutiennent par un 
vœu voté en Conseil Municipal [ voir le voeu de Bagnolet ], puis adressé au CSA. 

Surtout, les Sans Radio de l’Est parisien ont eu confirmation que les perturbations dont ils sont victimes, comme 40 000 foyers de Paris, Bagnolet, Les Lilas, Montreuil et Romainville -auxquels s’ajoutent les automobilistes-, sont dues à l’émission excessive de plusieurs stations de la bande FM à partir d’antennes de la zone (en particulier sur les Mercuriales). 

Après une jurisprudence favorable de la cour d’Appel de Reims intervenue en novembre 2004 et grâce à l’envoi répété de la pétition (plus de 2 000 signatures envoyées au CSA à ce jour), Les Sans Radio de l’Est parisien ont été reçus par les deux principaux concessionnaires d’antenne (TDF et TowerCast/NRJ). Ceux-ci ont participé avec Radio France à une concertation technique engagée grâce à la mobilisation des Sans Radio de l’Est parisien par le CSA pour trouver une solution.

Les Sans Radio de l’Est parisien ont réussi à faire sortir ce dossier du… silence radio. Si aucune amélioration n’est rapidement constatée, ils se réservent la possibilité d’engager des procédures.
Pour nous faire entendre et obtenir satisfaction, nous devons être nombreux : signez la pétition!


Recherche

Contact

Les Sans Radio de l’Est Parisien
15, av de la Dhuys
93 170 Bagnolet
sans.radio@laposte.net
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 21:26

À l’initiative de l’association des Sans Radio de l’Est parisien, et à l’invitation de la Ville de Paris, s’est tenue en mairie de Paris, le 2 avril 2009, une rencontre de travail entre cette association intercommunale et les élus des collectivités concernées autour des déplorables conditions de réception de la bande FM dans une large zone autour de la Porte de Bagnolet.

Les Sans Radio rencontrent à la ville de Paris les élus du CG 93 et de la
Ville dont Claude Bartolone, président du CG et
Jean-Bernard Bros adjoint au maire de Paris



L’association des Sans Radio a eu l’occasion de faire le point sur ces graves nuisances qui privent d’accès à la radio environ 200 000 habitants, l’équivalent d’une ville comme Bordeaux, avec Claude Bartolone, président du conseil général de la Seine-Saint-Denis, Jean-Bernard Bros, adjoint au maire de la Ville de Paris, Raymond Cukier, adjoint au maire délégué à l’environnement durable de Romainville, Nicolas Laidet, conseiller municipal délégué aux nouvelles technologie des Lilas, Corinne Benabdallah, adjointe au maire de Bagnolet, Gilles Robel, conseiller municipal délégué à la communication et aux nouvelles technologies de l’information de Montreuil, Julien Bargeton, 1er adjoint au maire du XXè et Etienne Dabeedin, adjoint au maire du XIXè.

 

bartoreunionsans-radio-h-de-paris-02-04-090076

Claude Bartolone, Président du Conseil général de Seine-Saint-Denis,
lors de la réunion des Sans Radio


• Avant de nouvelles démarches en justice, l’association a informé les élus de la situation de ce dossier (conclusions du rapport d’expertise, rejet du pourvoi en cassation engagée par les opérateurs TDF et TowerCast/NRJ). L’échange a aussi porté sur les propositions étudiées par l’association, en particulier dans le cadre d'une future mise en place de la radio numérique terrestre (RNT). 

 

reunion-nkaufm-barto-bros-sans-radio-paris-02-04-090108

Nathalie Kaufmann, conseillère régionale, en conversation le 2 avril
avec Jean-Bernard Bros et Claude Bartolone

 

• Les Sans Radio de l’Est parisien, s’appuyant sur le constat sans faille de l’expert judiciaire, ont informé les élus de leur intention de s’engager collectivement en justice très prochainement pour demander à la justice la suppression du trouble qu’il a constaté. Il faut rappeler que l’expertise judiciaire, remise en août 2008, a confirmé que 200 000 habitants de la zone autour de la Porte de Bagnolet étaient privés de nombreuses stations de radio, en particulier de service public.

Les élus se sont en particulier engagés avec l’association à demander audience au président du CSA pour réclamer une solution “concrète et vérifiée”, comme l’avait si pertinement déclaré Anne Hidalgo en juillet 2007 au conseil de Paris (le CSA a répondu défavorablement à cette demande, un peu plus tard, à Claude Bartolone et JM Bros).

 

barto-brosreunion-avec-sans-radio-h-de-paris-02-04-090090-b

Claude Bartolone et Jean-Bernard Bros, adjoint au maire de Paris
lors de la réunion du 2 avril

Partager cet article

Repost 0

commentaires