Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation de l'association

Un beau jour d’octobre 2002, un citoyen de Bagnolet excédé de ne pouvoir recevoir de nombreuses stations de la bande FM, dont les radios de service public, à Bagnolet, mais aussi aux Lilas (93), dans le XXè à Paris, à Montreuil, Romainville, etc., se mobilise pour écouter sa radio librement…

La première adjointe au maire de Bagnolet a déjà écrit au Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, Dominique Baudis, à ce sujet. Celui-ci lui a répondu qu'il souhaitait que les auditeurs lésés se manifestent.

Une pétition (cliquer sur pétition en haut à gauche)
pour faire appliquer le droit à l’égalité d’accès au service public (Radio France) est très vite envoyée à Dominique Baudis (avec plus de 200 signatures de riverains). Elle ne retient pas son attention.

Depuis, il est toujours impossible de capter dans de bonnes conditions France Inter, France Culture, France Musiques, Le Mouv', France Info et d’autres (Skyrock), mais Les Sans Radio de l’Est parisien se sont constitués en association.

Ils ont mobilisé les élus (députés, conseillers généraux et régionaux) et les municipalités de Bagnolet, des Lilas, de Paris XXè qui les soutiennent par un 
vœu voté en Conseil Municipal [ voir le voeu de Bagnolet ], puis adressé au CSA. 

Surtout, les Sans Radio de l’Est parisien ont eu confirmation que les perturbations dont ils sont victimes, comme 40 000 foyers de Paris, Bagnolet, Les Lilas, Montreuil et Romainville -auxquels s’ajoutent les automobilistes-, sont dues à l’émission excessive de plusieurs stations de la bande FM à partir d’antennes de la zone (en particulier sur les Mercuriales). 

Après une jurisprudence favorable de la cour d’Appel de Reims intervenue en novembre 2004 et grâce à l’envoi répété de la pétition (plus de 2 000 signatures envoyées au CSA à ce jour), Les Sans Radio de l’Est parisien ont été reçus par les deux principaux concessionnaires d’antenne (TDF et TowerCast/NRJ). Ceux-ci ont participé avec Radio France à une concertation technique engagée grâce à la mobilisation des Sans Radio de l’Est parisien par le CSA pour trouver une solution.

Les Sans Radio de l’Est parisien ont réussi à faire sortir ce dossier du… silence radio. Si aucune amélioration n’est rapidement constatée, ils se réservent la possibilité d’engager des procédures.
Pour nous faire entendre et obtenir satisfaction, nous devons être nombreux : signez la pétition!


Recherche

Contact

Les Sans Radio de l’Est Parisien
15, av de la Dhuys
93 170 Bagnolet
sans.radio@laposte.net
5 mars 2019 2 05 /03 /mars /2019 18:38

Les Sans radio et tous les habitants parisiens et banlieusards autour de la porte de Bagnolet en profitaient déjà, depuis trois ans, grâce au combat de l'association et à l'émetteur installé par TowerCast en haut des Mercuriales l'été 2016...

Cette fois, le DAB+ accueille officiellement les six émissions de radio France : France Info, France Inter, France Culture, France Musique, le Mouv et France Bleue.

 

Franck Rester, ministre de la Culture, l'a annoncé ce matin, 5 mars 2019 sur France Culture

 

La page de France Culture

Les antennes de Radio France seront sur la RNT

 

Évoquant la transformation numérique que traverse aujourd'hui l'audiovisuel, Franck Riester a indiqué que le CSA annoncera demain, mercredi 6 mars, l’inscription des antennes de Radio France dans la radio numérique terrestre, la RNT, qui passeront donc à la technologie DAB+ ("Digital Audio Broadcasting""diffusion numérique audio" en français). Une petite révolution qui témoigne selon le ministre de l'ambition du gouvernement pour l'audiovisuel public :

Nous avons pris la décision de réserver six fréquences pour toutes les antennes nationales de Radio France [à savoir France Inter, France Info, France Culture, France Musique, Fip et Mouv'] qui leur permettront de diffuser en DAB+ à l'échelle du territoire, ainsi que des fréquences locales pour les antennes de France Bleu.

La technologie DAB+ de radio numérique hertzienne, complémentaire de la bande FM, "va permettre d'améliorer la qualité du son et d'enrichir les contenus de radio, à l'image de ce que la TNT a apporté à la télévision", a plaidé Franck Riester, alors que cette norme a du mal à s'implanter en France. La décision a été saluée par la présidente de Radio France, Sibyle Veil, sur Twitter :

 

Je remercie le ministre de la Culture de soutenir le déploiement des chaînes de @radiofrance sur la RNT. Ce choix technologique d’avenir va permettre d’améliorer l’accessibilité de nos radios publiques à tous les Français.

 

France Culture

@franceculture

.@franckriester : "Demain, le CSA va annoncer l’inscription des antennes de @radiofrance dans la radio numérique terrestre, la RNT. On a réservé 6 fréquences pour les antennes nationales de Radio France et une place en locale étendue pour les antennes @francebleu."

 

 

Vidéo intégrée

 

 

101

09:34 - 5 mars 2019

 

Le CSA va attribuer 24 fréquences dont 6 sont réservées à Radio France

Le CSA a décidé en 2017 d'accélérer le déploiement du DAB+, technologie déjà lancée au niveau local dans plusieurs villes mais jusqu'ici boudée par les grandes radios commerciales. Dans ce cadre, il a lancé à l'automne dernier un appel à candidatures pour des fréquences à l'échelle nationale, qui a cette fois suscité l'engouement de plusieurs groupes privés. Il avait reçu en tout une quarantaine de dossiers pour 24 fréquences à répartir. 

Radio France n'avait pas déposé de candidatures dans cet appel d'offres national, mais l'Etat disposait, en vertu de la loi, de la possibilité de préempter des fréquences au bénéfice du groupe public. La décision annoncée par M. Riester signifie qu'il ne reste plus au CSA que 18 fréquences nationales à attribuer, sur les 24 prévues dans l'appel d'offres. 

Meilleure qualité et meilleure continuité d'écoute

D'après le CSA, la nouvelle norme DAB+ présente de nombreux avantages pour les auditeurs : son de meilleure qualité ("J’ai l’impression que quelqu’un joue de la guitare à côté de moi"), meilleure continuité d’écoute en mobilité ("Je ne perds pas ma radio préférée quand je conduis"), arrivée potentielle de nouvelles stations ("Pas mal cette nouvelle station électro !") et enrichissement du flux audio par des données numériques associées ("J’ai adoré ce morceau et j’ai toutes les infos !"). 

Pour les diffuseurs, la norme DAB+ permettra aussi une réduction des coûts car plusieurs stations pourront émettre sur une même fréquence. Le nombre de radios pourrait donc augmenter ainsi que l'aire de couverture : "les radios nationales obtiendraient pour leur part une surface de couverture comparable à celle que leur offre aujourd’hui les Grandes Ondes, mais à un coût inférieur", explique le CSA sur son site. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel annoncera mercredi les noms des radios privées qui seront autorisées à aller sur la RNT.

Maxime          Tellier

 

 

 

 

***********************************

Confirmée par la page du Monde

 

 

Les six antennes de Radio France seront en numérique sur la « DAB + », annonce le gouvernement

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel doit bientôt annoncer les résultats d’un appel d’offres pour déployer la radio numérique terrestre (RNT) à l’échelle nationale.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 12h25Alors que cette norme a du mal à s’implanter en France, Franck Riester a annoncé, mardi 5 mars, que le gouvernement a préempté des fréquences pour que l’ensemble des antennes de Radio France puissent être diffusées via la radio numérique terrestre (RNT ou DAB +). Le ministre de la culture a précisé que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) devrait annoncer très prochainement les résultats d’un appel d’offres lancé l’an dernier pour attribuer des fréquences nationales de diffusion en DAB +.

« Nous avons pris la décision de réserver six fréquences pour toutes les antennes nationales de Radio France » – France Inter, Franceinfo, France Culture, France Musique, Fip et Mouv’–, qui leur permettront de diffuser en DAB + à l’échelle du territoire, ainsi que des fréquences locales « pour les antennes de France Bleu »a dit le ministre sur France Culture, soulignant que « c’est une ambition très forte en matière d’audiovisuel public »« L’engagement du gouvernement est fort dans cette nouvelle technologie », a-t-il affirmé.

« Améliorer la qualité du son et enrichir les contenus »

La technologie DAB + de radio numérique hertzienne, complémentaire de la bande FM, « va permettre d’améliorer la qualité du son et d’enrichir les contenus de radio », à l’image de ce que la TNT a apporté à la télévision, a plaidé le ministre. Meilleure qualité sonore (stéréo ou multicanal), ajout de données synchronisées ou non avec la radio (textes défilant, images, informations, sites Web, etc.), enrichissement de l’offre radiophonique (plus de stations qu’en FM), coût de diffusion inférieur à celui de la FM… La radio numérique terrestre (RNT) a des atouts certains qui plaident en sa faveur.

 

Face au numérique, la radio fait de la résistance

La PDG de Radio France, Sybile Veil, a applaudi l’annonce de Franck Riester. « Ce choix technologique d’avenir va permettre d’améliorer l’accessibilité de nos radios publiques à tous les Français », a-t-elle déclaré dans un message publié sur Twitter.

Le CSA a décidé en 2017 d’accélérer le déploiement du DAB +, technologie déjà lancée au niveau local dans plusieurs villes mais jusqu’ici boudé par les grandes radios commerciales. Dans ce cadre, il a lancé à l’automne un appel à candidatures pour des fréquences à l’échelle nationale, qui a, cette fois, suscité l’engouement de plusieurs groupes privés. Il avait reçu en tout une quarantaine de dossiers pour 24 fréquences à répartir. Radio France n’avait pas déposé de candidatures dans cet appel d’offres national, mais l’Etat disposait, en vertu de la loi, de la possibilité de préempter des fréquences au bénéfice du groupe public. La décision annoncée par M. Riester signifie qu’il ne reste plus au CSA que 18 fréquences nationales à attribuer, sur les 24 prévues dans l’appel d’offres.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires